Akuyeri- road trip en Islande

De Akureyri à Saudarkrokur : errances magiques dans les fjords du Nord de l’Islande

Arrivés dans la soirée à Akureyri, cela nous fait bizarre de retrouver une ville. Elle nous apparait d’un coup en plus. En descendant un fjord, la petite baie où s’organise ce port nous fait face subitement. Après une semaine sans vraiment croiser de vraies agglomérations, un regroupement de seulement 18000 habitants nous parait être une grande cité. Pour nous autres français, le nombre d’habitants n’est pas synonyme de grande ville mais ici c’est tout de même la 4ème du pays. Akureyri sera donc notre halte pour la nuit avant d’aller errer dans les fjords du Nord de l’Islande. Une errance que je ferais durer sur plusieurs articles tellement les paysages y sont beaux !

Une sympathique auberge de jeunesse à Akureyri

En arrivant à Akuyeri, nous cherchons tout d’abord le camping. L’idée est de monter la tente avant d’aller manger et pouvoir se coucher directement en rentrant. Finalement, nous avons eu un peu de mal à trouver le parking et il parait fermé. Seulement 2 tentes se trouvent sur un terrain à proximité. Dans le doute, nous préférons aller au centre ville et monter la tente au dernier moment finalement.

Mais nos plans vont être bouleversés ! Nous laissons notre 4×4 sur le parking du port. Très vite dans la rue perpendiculaire, nous apercevons un restaurant nommé Akuyeri Backpackers. A la carte des burgers ! Parfait pour nous changer de nos repas habituels préparés au réchaud. Nous commandons en même temps quelques bières locales. L’alcool et la fatigue faisant, nous nous trouvons de mieux en mieux dans ce lieu. La déco nous plait énormément. Des planches de bois sur les murs comme s’il s’agissait de morceaux d’épaves échouées, les sièges sont des sièges de bus… Nous commençons à échanger un peu avec les tables alentours : ici des locaux fêtant un anniversaire pour qui nous reprenons la ritournelle en français, là une table de genevoises qui remue le couteau dans la plaie en me disant qu’elles ont vu des macareux à Skálanes. Photo à l’appui ! Pour rappel c’est le coin où nous n’avions pas eu le temps d’aller suite à notre journée de galère dans la neige dans un fjord de l’Est.

Finalement, nous finissons par comprendre que ce restaurant est aussi une auberge de jeunesse dans ses autres étages ! Besoin d’un vrai lit donc nous avons finalement craqué. De toute façon, aucun d’entre nous n’était en état de conduire jusqu’au camping ! Pas sûr que les charmants feux tricolores de la ville, dont le rouge est en forme de cœur, nous auraient arrêté !

Le lendemain, le réveil est un peu plus dur que d’habitude. Nous partons avec un peu de retard à l’allumage. Histoire de prendre le temps de se réveiller, nous nous sommes promener dans une boutique de souvenirs très grandes. Une fois quelques achats fait pour nos familles, direction le Nord. Journée sans point d’intérêt sur le papier… Mais en fait le point d’intérêt est la journée entière tellement cela la région est à couper le souffle ! Je vous raconte donc cette journée magnifique et ensoleillée, kilomètre après kilomètre, étape par étape !

Pique nique au nord de Dalvic

Il faut compter une quarantaine de minutes pour rejoindre la petite ville de Dalvik. En sortant de la ville, une petite côte permet de prendre de la hauteur sur le fjord ! Les couleurs sont tout simplement incroyables !

Nous avons donc choisi de nous arrêter très vite pour pique niquer et profiter de ce décor magnifique. Ainsi, dès le premier petit chemin sur la droite, nous avons mis notre clignotant. Le lieu en lui même n’était pas des plus beaux. Il s’agit d’un ball trap, mais par contre la vue est splendide. Imaginez le décor : bord de l’eau verdoyant, eau du fjord d’un bleu sombre, gris de la roche en face avec de la neige sur le sommet, le tout couvert d’un ciel d’un bleu intense ! Quelle chance nous avons !

Les réchauds sont de sortie pour pouvoir manger. Cependant avant de profiter du repas, nous avons dû attendre que Justin et Cyril arrêtent de jouer aux architectes. A la base, il devait juste protéger les réchauds du vent… Mais on a fini par voir se dresser un mur de quasi un mètre ! Allez je me tais et je vous laisse profiter des photos !

Concours de ricochet à Ólafsfjörður

Après quelques détours sur des routes parallèles , où nous avons croisé des curieux et très peu farouches canards, (il suffit de s’arrêter pour qu’ils viennent tous se mettre autour de la voiture), nous avons pris le temps de nous arrêter à Ólafsfjörður. A la sortie de ce bourg, les reliefs se reflètent parfaitement dans l’eau. Terrain idéal pour un petit concours de ricochets ! Désolé je ne me souviens plus du gagnant… Enfin c’est souvent ainsi quand il ne s’agit pas de moi 🙂

Après quasi une heure ici, on décide de reprendre la route pour emprunter une série de deux tunnels. En effet, chose rare en Islande, où il est souvent nécessaire de longer toute la cote pour contourner un fjord (le spectacle n’en est que plus beau), il est possible ici de couper de manière transversale.

Splendide étape à Siglufjörður, en sortant des tunnels

A la sortie du premier tunnel, quelques centaines de mètres avant le second, un petit parking, permet de profiter d’un très beau paysage. Sur le parking, des panneaux permettent d’informer les plus observateurs et chanceux des oiseaux qu’ils pourraient apercevoir. Un récit raconte également un tragique accident d’avion qu’il y a eu dans la région.

A la sortie du second tunnel, même décor exceptionnel. Nous prenons un petit chemin, en amont d’une piste d’atterrissage pour observer depuis la rive opposé la ville de Siglufjörður. C’est très agréable car les petites maisons ont des toits rouges et un torrent traverse ce hameau. D’ailleurs, nous avons retenu notre souffle quelques secondes quand notre imposant 4×4 a dû franchir un petit pont un peu précaire.

Visite d’une ferme traditionnelle à Holar

Quelques kilomètres avant d’atteindre le fond de ce très large fjord, des îles sont observables dans ses eaux. Il parait qu’elles y abritent de très nombreuses colonies d’oiseaux.

Un peu plus loin, nous avons suivi une gravel road en direction de Holar. Il s’agit d’un hameau où se trouve de petites maisons islandaises traditionnelles, semi enterrées avec le toit recouvert d’herbe. Il est possible d’en visiter l’intérieur librement et gratuitement. Une charmante petite église en bois complète le décor !

Un phoque en mission d’espionnage à Saudarkrokur

En revenant sur nos pas, pour aller dormir au camping de Saudarkrokur, il faut emprunter un pont se situant dans le fond du fjord. Nous nous arrêtons à droite juste avant de le franchir. Et là, en marchant sur la plage, un phoque curieux commence régulièrement à sortir la tête de l’eau pour nous observer avant de replonger subitement dès qu’on le regarde.

Je suis allé plus loin observer les vagues se fracassant sur les rochers et les nombreux oiseaux volant en rase motte au dessus de l’eau, ou flottant tranquillement. Le phoque m’a suivi tout le long. Il se tenait toujours à la même hauteur que moi : lui dans l’eau et moi sur la plage ! Moment très amusant.

Pour finir la journée, nous rentrons enfin dans Saudarkrokur. Nous profitons d’un bon restaurant avant de partir pour une partie de frisbee comme la plupart des soirs. Je m’arrête là ! En effet, ces journées à errer dans les fjords du nord de l’Islande sont tellement parfaites, tellement agréables que je vais faire durer le plaisir en faisant un autre article sur cette région ! Trop difficile de sélectionner les photos sinon 🙂

Pour ne rien rater, inscrivez vous à notre newsletter :
Ou suivez nous sur les réseaux sociaux :

Autres articles concernant l’Islande

Mickaël Jacinto
contact@travelsandfriends.com

Voyageur régulier souhaitant partager avec vous les images et récits de ses aventures aux 4 coins du monde !

Aucun commentaire

Vous avez aimé (ou pas ?) cet article, dites le nous !