Lever du jour automnal sur la Saône

Photo & voyage : des passions nées sur les bords de Saône

Bien que je vous raconte de jour en jour, et de photo en photo, mes voyages et randonnées, mon quotidien est loin d’avoir toujours été guidé que ces passions (enfin pour le moment vu qu’en janvier 2017, on débute un tour du monde)… Ainsi, j’ai eu envie de vous parler un peu de ma passion pour la photo, les voyages et de comment tout cela a pu naître en moi.

Des footings seul en bord de Saône…

Les premiers temps où je vivais sur Mâcon, j’avais pris l’habitude d’aller courir. Assurément depuis l’adolescence, ma principale passion avait toujours été le sport. Notamment le rugby que j’avais été contraint de stopper. En outre travaillant de chez moi et connaissant encore peu de monde, c’était mon petit bol d’air. Surtout que j’avais la manie de travailler avec les chaines infos en bruit de fond. Oui je sais ce n’est pas malin, et du coup je ressentais encore plus besoin de me changer les idées. Et justement c’est souvent quand je cours que mon cerveau a le temps de se détacher de tout cela et de mon travail.

C’est ce qu’on appelle le parcours P.A.P.A. ici qui est devenu mon parcours de footing. Il est très agréable car arboré et en bord de Saône… et surtout très sympa pour débuter dans le running car il est plat 🙂 Sans compter que bien avant de m’installer dans cette ville, ce lieu pour des raisons très personnelles avait souvent été un « refuge » (oui vous avez deviné… il y a une fille là-dessous !).

Ainsi, après chaque séance, j’avais un petit rituel qui était d’aller m’asseoir sur un banc ou dans l’herbe proche de la rive. Casque sur les oreilles, ou au contraire à l’écoute de ce qui se passait autour, je profitais de ce moment si bénéfique quand on fait du sport : l’accalmie après l’effort. Ce moment où le cœur et le souffle commencent à ralentir, mais où on est toujours un peu étourdi. Un étourdissement se mêlant à une certaine légèreté propice à me laisser m’envoler dans ma bulle. C’est dans ce moment, où je me mettais donc sur « pause » que je profitais le plus de chacun des reflets du soleil sur l’eau, des ombres des arbres dansant sur le sol au rythme du vent, des vagues frappant la berge provoquées par le passage des péniches, des peureux écureuils ramassant de quoi se nourrir avant de fuir se cacher en s’élançant de branche en branche… Tout cela évoluant de jour en jour, et au fil des saisons… Pis comme je reste un grand enfant, je cherchais des formes connues dans les nuages…

C’est dans ce contexte que j’ai pris le réflexe d’immortaliser ses moments avec mon smartphone, et que j’ai pris goût à la photographie. Jusque-là j’adorais la photographie de paysages, mais surtout le photo reportage social ou politique sur papier glacé. Ainsi progressivement l’idée a germé en moi de m’acheter un appareil photo.

Dans la même période, j’ai commencé à découvrir Instagram et à partager mes petites captures d’après footing. En parallèle, la solitude initiale à laisser place à la multiplication des apéros entre amis et à l’enchainement des voyages… qui m’ont convaincu de m’acheter un appareil photo. Un des avantages de la photo, c’est que les premiers temps ça m’encourageait à aller me promener tout simplement (ce qui ne m’arrivait jamais auparavant)… un peu comme les joueurs de Pokémon Go, sauf que dans mon cas c’est pour capturer des images bien réelles et non ces petites créatures virtuelles ^^. C’est donc tout naturellement que les premiers décors de mes photo ont été les bords de Saône (plus généralement le Mâconnais) et mes voyages.

… aux apéros sur les quais de Mâcon, aux bars d’Édimbourg, Reykjavík,Londres…  jusqu’aux bières dans un couvent rwandais !

Des voyages auxquels je suis devenu totalement accro en quelques mois… Ce n’est pas une drogue à accoutumance, il m’a suffit d’un voyage pour qu’à peine le pied posé en dehors de l’avion, vouloir repartir… Et les voyages s’enchainant ce besoin a été de pire en pire. Avant même d’aller au Rwanda, j’avais déjà réservé mon billet d’avion pour l’Islande pour un décollage pourtant trois mois plus tard.

Mais le plus dur a vraiment été le retour d’Islande. Première fois depuis l’adolescence que je partais en vacances 15 jours consécutifs. 15 jours en pleine nature où j’ai vraiment pu couper avec le taff ! Car oui ce qui est agréable dans le voyage c’est la découverte, les rencontres… mais aussi le fait de pouvoir rompre avec son quotidien et ses obligations. Ainsi bien que nos journées à l’étranger soient composées de randonnées, ballades en nature, visites culturelles, nous aimons bien aussi profiter des soirées de manière festive dans les bars locaux pour nous empreigner de l’ambiance du pays entre potes. Bref encore une fois, le titre de ce blog est justifié 🙂 En tout cas, nous avons mis plusieurs semaines à nous en remettre, à ne parler que de nos futures voyages, d’aller vivre à l’étranger… et c’est là que nous avons commencé à se dire qu’un tour du monde pourrait être réalisable !

Et vous c’est quoi qui vous inspire ? Ou vous a donné envie d’investir dans un appareil photo pour capturer ses petits moments avant que le temps ne les emportent avec lui ?

Pour ne rien rater, inscrivez vous à notre newsletter :
Ou suivez nous sur les réseaux sociaux :

Autres articles concernant la France

Mickaël Jacinto
contact@travelsandfriends.com

Voyageur régulier souhaitant partager avec vous les images et récits de ses aventures aux 4 coins du monde !

Aucun commentaire

Vous avez aimé (ou pas ?) cet article, dites le nous !