Skatafell, ses glaciers et sa cascade de Svartifoss

En continuant à l’Est de Vik, les paysages ne cessent de changer et cela souvent rapidement. La route circulaire longeant le bord de mer permet d’avoir une vue dégagée, et d’apercevoir les reliefs successifs, même ceux situés à plusieurs heures de route. Au fur à mesure, on peut rattraper ses différents rochers et les voir en plus en plus près. Progressivement la verdure du départ laisse la place à des immenses champs de lave recouverts de mousse, puis on commence à trouver des sommets enneigés. En arrivant aux environs du parc national de Skatafell, de nombreux glaciers commencent à se succéder.

« Randonnée des cascades » : à la découverte de Svartifoss

Bon si vous avez l’habitude de nous suivre, cette randonnée n’a rien d’aussi « sauvage » que celles que nous avons coutume de faire. En dehors du cercle d’or et la capitale, c’est sûrement l’endroit où nous avons croisé le plus de touristes. Un office du tourisme et un immense parking sont d’ailleurs là pour vous accueillir. On décide tout de même de faire cette petite ascension. Nous avons choisi un parcours faisant une boucle pour éviter de passer deux fois au même endroit. L’autre avantage est qu’ainsi, on peut observer la plupart des cascades par l’est à l’aller et par l’ouest au retour.

En effet, en dehors de la plus célèbre d’entre elles, il y a 2 autres cascades. Elles sont plus hautes, mais n’ont pas l’originalité de Svartifoss. Pour les rejoindre le chemin est vraiment aménagé pour le grand public. Une partie de la randonnée est tellement aménagée qu’on marche sur un revêtement en plastique. Toutefois, la balade vaut vraiment le coup. Elle ne nécessite que 2h au maximum (arrêts photo et contemplation compris). Svartifoss encadrée par ses orgues de basalte est vraiment unique. En continuant jusqu’au sommet, il y a une vue très atypique avec des montagnes totalement enneigée et à leur pied une immense plaine totalement désertique jusqu’à l’océan. Le contraste est tellement saisissant entre les 2 109 mètres du Hvannadalshnjúkur et le retour au niveau de la mer. Du coup, je vous ai joint une photosphère 360°.

Au pied du glacier Skaftafellsjokull

De retour au parking, nous avons décider de continuer de marcher pour cette fois nous rapprocher du glacier Skaftafellsjokull. En effet, il est possible d’aller au pied du glacier. Bon dans notre cas, le soleil commençant à passer derrière les montagnes, il a été nécessaire d’alterner marche rapide et course pour essayer d’en profiter. Finalement, il est quasiment entièrement dans l’ombre à notre arrivée. Toutefois, vu qu’il fond beaucoup à cette saison, un bassin d’eau nous séparait du glacier en lui-même.

Mais je m’étais mis en tête de toucher le glacier ! Alors j’ai repris la technique de la veille pour essayer de traverser l’eau. J’ai essayé de repérer le parcours le moins profond. Puis retiré mes chaussures et mes mon pantalon. Je vous avoue qu’elle était glaciale… Une fois la traversée achevée, le seul problème est que je n’avais pas de chaussures. Pieds nus sur un glacier, on ne tient pas longtemps. D’autant plus que le glacier fondait en bordure et je me retrouvais avec les pieds qui s’enfonçaient dans une boue glaciale jusqu’au mollet. J’ai bien dit boue car le glacier enferme tellement de cendres provenant des différentes éruptions de l’île, qu’en fondant cela devient un sable mouvant noir. Certains des glaciers aux nombreuses crevasses et zébrures sombres ont d’ailleurs servis dans le film Interstellar pour les scènes sur la planète glacée. Bien que ce moment soit glacial, ceci ne nous a pas empêché de faire bien pire le lendemain. Je n’en dirais pas plus, je garde le suspense pour le prochain article :).

Pour ne rien rater, inscrivez vous à notre newsletter :
Ou suivez nous sur les réseaux sociaux :

Autres articles concernant l’Islande

Mickaël Jacinto
contact@travelsandfriends.com

Voyageur régulier souhaitant partager avec vous les images et récits de ses aventures aux 4 coins du monde !

Aucun commentaire

Vous avez aimé (ou pas ?) cet article, dites le nous !